Fesse de bouc

Visiteurs

En ligne: 5
Aujourd'hui: 242
Cette semaine: 1793
Total: 574913

Autres sites velocanauxdodo

En bref

Toutes les pages sont accessibles par le menu sous l'image de bannière.
-----
Pour réagir sur une page ou un article utilisez les commentaires.
-----
Pour nous contacter allez sur la page contact

Carte interactive

Catégories

Randos vélo

Croisières

Dompierre-sur-Besbre - Corbigny

Imprimer cette page Imprimer cette page

Septembre 2015; De Dompierre-sur-Besbre à Decize par le canal latéral de la Loire puis de Decize à Corbigny par le canal du Nivernais sur une pénichette 1260R terrasse louée chez Locaboat. Retour à vélo par le même chemin sur le halage.

fluvial259
Ce périple a fait l’objet d’un article « Dompierre-Corbigny l’aller en bateau, le retour à vélo » dans le n° 259 de février 2016 de la revue Fluvial.

La revue peut être commandée ou téléchargée ici

Le voyage:

Flous, mouillés mais heureux!

Flous, mouillés mais heureux!

Nous y voilà ! Evelyne & Yves, Nadine & Marc, Françoise & Gérard ; Les 3 couples se sont retrouvés à la base nautique Locaboat à Dompierre-sur-Besbre, petit port accueillant qui a le privilège de jouir d’une situation riche par les voies d’eau qu’il permet de rallier (canal latéral de la Loire, Nivernais, canal du centre…) ainsi que par les aménagements cyclables voisins (voie verte, Loire à vélo…).

Après 3 mois de sécheresse, les autochtones apprécient joyeusement les trombes d’eau qui s’abattent aujourd’hui. Nous, moins ! Mais nous nous installons à bord de notre pénichette : « Montbard » et attachons les vélos sur le pont.

Les étapes sur l’eau

Dompierre→Beaulon (11 km, 2 écluses):

A la halte de Baulon

A la halte de Baulon

Après les consignes d’usage du loueur nous levons l’ancre. Mais reprendre la barre n’est pas chose aisée pour un amateur comme moi et le passage étroit sous les quatre ponts qui jalonnent l’embranchement de Dompierre nous valent autant de trajectoires sinueuses. Nous rejoignons le canal latéral de la Loire et naviguons sous la pluie jusqu’à l’Abbaye de Sept Fons, la bien nommée , ou nous faisons quelques emplettes de confitures monastiques. Nous regagnons le bateau amarré devant l’Abbaye, un peu tristes de ne pas y rencontrer Muscade et Frère Grégoire , ni même de pêcheur moustachu! (lire, relire « Le Braconnier de Dieu » de René Fallet)  Première nuit à la halte de Beaulon où les équipements sont partagés avec les camping-caristes.

Beaulon → Decize (32 km, 8 écluses +8 km à vélo):

Prêts pour la balade à vélo

Prêts pour la balade à vélo

Un beau dimanche s’annonce et nous partons le cœur léger en direction de Decize. Cette première matinée est consacrée à la formation au pilotage des novices qui vont maintenant pouvoir à leur tour prendre la barre. Nous sommes témoins de la mésaventure d’un jeune chevreuil tombé dans le canal et qui au terme de plusieurs centaines de mètres de nage parvient à trouver une faille dans le mur de palplanches et à sauver sa peau. Après le repas de midi pris sur la terrasse du bateau, nous partons pour une petite boucle de 10km à vélo vers le château de Lamenay (17ème) puis naviguons sous les averses vers le nouveau port de Decize pour la nuit.

Decize → Panneçot (32 km, 11 écluses):

Nous quittons le canal latéral de bon matin et gagnons, après une rapide incursion sur la Loire, le canal du Nivernais. Le toueur qui remorquait les péniches avant qu’elles ne soient motorisées trône devant le musée qui lui est consacré à Saint-léger-des-Vignes. Il fait un temps exécrable! de gros nuages bien noirs, du vent glacial et les averses qui n’en finissent pas.

Dans la campagne charolaise

Dans la campagne charolaise

Nous sommes bien à l’abri dans le carré et la balade à vélo vers la Machine est bien compromise. Mais le capitaine l’a déjà faite en 2012 et la description de ce magnifique parcours (voir site touraplat) sera présente dans l’article. Le métier rentre!  Après Champvert nous traversons un paysage bucolique de bocage peuplé de Charolaises. Sous un régime d’averses deux téméraires du groupe accompagneront le bateau jusqu’à Panneçot ou nous accostons à la halte nautique qui jouxte le camping. Attention, les commerces sont rares le long du canal du Nivernais et Panneçot ne fait pas exception. Nous avons des réserves bien sûr mais la gardienne nous propose gentiment de nous apporter du pain frais le lendemain matin.

Panneçot → Chatillon-en-Bazois (22 km, 8 écluses +3 km à vélo):

En conversation avec Evelyne à l'écluse d'Anizy

En conversation avec Evelyne à l’écluse d’Anizy

Le temps est bien gris et on apprécie bien de ne pas avoir à faire à vélo les kilomètres qui nous séparent de la boulangerie la plus proche. Nous quittons le port en prenant bien soin de respecter le balisage (le guide indique « risque d’échouage » !) et voguons jusqu’à l’écluse d’Anizy sur un bras de la rivière Aron bordé d’une végétation luxuriante. Après Sylvie et Bernadette, deux charmantes éclusières rencontrées hier, nous ne pouvions pas passer par l’écluse d’Anizy sans faire la connaissance d’Evelyne ni visiter son magnifique jardin ou gouter ses produits du terroir. On oublie souvent que le dur métier d’éclusier est aussi pratiqué par des femmes (il en reste 9 sur le canal du Nivernais) qui apportent au promeneur un peu de charme, d’embellissement et de distinction à des lieux aussi ordinaires que sont les écluses. La journée qui s’annonçait sinueuse (14 méandres) sera aussi pluvieuse et nous voguons à l’abri de notre bateau en espérant lors de notre retour à vélo pouvoir bénéficier d’un temps plus clément afin d’apprécier pleinement la beauté sauvage des lieux. Une accalmie nous ouvre la voie d’une petite escapade à vélo vers Alluy ou nous visitons la superbe église du 12ème qui abrite une crypte ornée de fresques remarquables . Trois courageuses rejoignent directement Châtillon-en-Bazois à vélo où nous passons la nuit au port.

Chatillon-en-Bazois → Port Brulé (20 km, 14 écluses, 3 tunnels):

Miracle probablement dû à notre passage à Sept Fons, la journée qui s’annonçait bien arrosée a été globalement agréable. L’équipage débutant découvre les écluses doubles et même triples ! et le métier rentre même si parfois la corde lancée rate le bollard, retombe à l’eau ou finit en gros tas de nœuds au pied de l’éclusier.

Au sortir du tunnel de la Colancelle

Au sortir du tunnel de la Colancelle

Ce matin, ça bouchonne aux écluses ; Il y a presque autant de bateaux qu’en été mais le personnel est réduit et chaque éclusier doit gérer plusieurs écluses parfois doubles. Après un arrêt le midi à Mont-et-Marré, l’équipage féminin profite d’un retour timide du soleil pour se lancer le long du halage en accompagnement du bateau. Elles arrivent à Bazolles au moment où les éléments se déchainent. Bien calés dans le sas de l’écluse nous endurons un grain mémorable avec grêle, éclairs et arbres abattus. Le jeune éclusier vacataire est terrorisé ! (la foudre est déjà tombée sur l’écluse quelques jours auparavant). Enfin le ciel se dégage, nous gagnons l’étang de Baye puis les voutes de la Colancelle. Nous passons le premier tunnel dans le noir (on a trouvé l’interrupteur du projecteur à sa sortie !) puis abordons un défilé aux parois abruptes couvertes d’une végétation luxuriante. S’enchainent alors deux autres tunnels suivis de tranchées verdoyantes sous le soleil revenu pour l’occasion. Un sentiment de dépaysement total jusqu’à Port-Brulé ou nous mouillons pour la nuit. Cette halte est l’occasion de découvrir la rigole d’Yonne, autre ouvrage hydraulique qui complète l’alimentation en eau du versant « Seine » du canal. Une belle balade de 25 km à pied ou à vélo à programmer sur mon agenda.

Port Brulé → Corbigny (8 km, 24 écluses):

Une oeuvre bien de circonstance

Une oeuvre bien de circonstance

La pluie qui est tombée toute la nuit cesse au matin. Nous partons dès l’ouverture du service et découvrons dès la sortie de la première écluse une autre merveille ; l’échelle d’écluses de Sardy composée de 16 sas qui serpentent dans un site vallonné jusqu’à rejoindre la vallée de l’Yonne. Nous passons les 16 écluses, en compagnie d’un bateau australien, de manière fluide grâce à la bonne gestion de la circulation par l’équipe d’éclusiers et atteignons le port de Sardy en 3 heures. Pour avoir navigué sur des réseaux automatisés nous constatons ici l’efficacité de la gestion manuelle associée au contact humain. Autre attrait, les maisons éclusières sont entretenues voire même pour certaines habitées et animées par des artisans : potier, sculpteur, vitrailliste, buvette et office de tourisme. En bateau comme à vélo, ces lieux de vie commerciaux ou artistiques agrémentent le parcours tout comme les échanges avec les éclusiers. Le canal du Nivernais est un canal sauvage mais vivant. Nous mouillons au port Locaboat de Corbigny et profitons d’une belle fin d’après-midi pour une longue balade à pied le long de l’Yonne.

Entracte

Après l'averse... à Chitry

Après l’averse… à Chitry

Belle matinée aujourd’hui pour une balade à vélo dans la campagne Corbigeoise. Nous remontons le canal jusqu’à l’écluse n°16 puis passons au petit village de Sardy et découvrons les vestiges de son ancienne forge, puis au château de Marcilly avant de redescendre vers la voie d’eau. On ne peut pas manquer non plus l’immense carrière de Picampoix qui extrait graviers et ballast et sa noria de camions alors qu’elle est bordée par un canal et une voie ferrée ! Les copains, piqués par la mouche de la navigation, réclament un dernier tour de bateau et afin d’éviter une mutinerie, nous conduisons « Montbard » jusqu’à Chitry-les-Mines sur les traces de Poil de carotte . La semaine se termine comme elle a commencé et nous regagnons la base de Corbigny, sous la pluie, pour notre dernière nuit à bord

Les étapes à vélo

Corbigny → Baye (29 km)

Départ à vélo de la base de Corbigny

Départ à vélo de la base de Corbigny

Nous quittons à regret « Montbard » et préparons nos sacoches pour la deuxième phase de notre périple. Les bagages « bateau » sont laissés en garde à la base et seront récupérés à la fin du voyage. Nous profitons des journées européennes du patrimoine pour un intermède culturel bien agréable. Nous visitons d’abord l’Abbaye de Corbigny, devenue haras à la révolution, puis école laïque et désormais centre culturel et artistique. Après un repas « Charolais » à Corbigny, nous découvrons le château de Chitry-les-Mines, maison occupée et vivante magnifiquement meublée et décorée. Nous remontons sur nos vélos et gagnons l’étang de Baye. Nous retrouvons les lieux découverts quelques jours auparavant en bateau : l’échelle d’écluse et la Colancelle et surtout, le plaisir de revoir et de parler à nouveau avec les éclusier(e)s.

Coup de coeurSoirée et nuit à la base de loisirs Activital où nous sommes merveilleusement reçus.
Gîte d’étape en bordure de l’étang. Demi-pension et chambres confortables, local pour les vélos.

 

Baye → Chatillon-en-Bazois (37 km )

Au lavoir de Tamnay

Au lavoir de Tamnay

Mise en jambes matinale autour de l’étang de Baye noyé dans la brume où nous observons de nombreux oiseaux. Nous reprenons le halage vers Chatillon-en-Bazois. Peu de bateaux sur le canal ni de vélos sur la halage en ce dimanche matin bien gris. Même les pêcheurs sont à l’abri dans leur voiture. Arrêt à l’écluse n°11 pour admirer les jolis vitraux de l’artiste qui occupe la maison éclusière. Cette courte étape nous permet avec le retour du beau temps d’admirer les jardins du château de Chatillon qui jouxtent le canal. Misère culturelle ! en ce deuxième jour des journées européennes du patrimoine seul le château est ouvert et la visite est au tarif habituel. Nous nous rendons ensuite à Tamnay, visiter l’atelier de production de céramiques typiques en flammés du Morvan. Après avoir côtoyé tant de belles charolaises, nous profitons d’une belle soirée de fin d’été autour d’un barbecue et nous nous installons pour la nuit aux « roulottes du Bazois » Coup de coeur site insolite et bien agréable. Cet aménagement, comme celui de la veille, a été financé en grande partie par le Conseil Général de la Nièvre. Par ces installations, par l’entretien et la mise à disposition des maisons éclusières à des artisans, par sa gestion des ouvrages entre Cercy et Sardy , la Nièvre montre son intérêt à accompagner le tourisme autour de la voie d’eau. Développement touristique qui est aussi la condition nécessaire à la sauvegarde du patrimoine fluvial. Un exemple dont bon nombre de collectivités locales devraient s’inspirer.

Chatillon-en-Bazois → Champvert (49 km)

Départ de Chatillon

Départ de Chatillon

Ah quelle belle journée d’été enfin revenu ! Nous quittons nos douillettes roulottes et nous nous élançons le long du canal encore tout embrumé. Chacun roule à son rythme sur cette magnifique voie verte, asphaltée et bien entretenue qui serpente le long des méandres du canal, puis le groupe se reforme au rythme des écluses. Au plaisir de rouler s’ajoute celui de se remémorer le passage aux mêmes endroits quelques jours auparavant sur « Montbard », prolongeant ou complétant le ressenti de la croisière. Nous découvrons ainsi, sous le soleil, le magnifique site de l’écluse de Fleury ,son barrage à aiguilles, son plan d’eau, son pont et son curieux déversoir en demi-cercle. Merveille qui nous avait échappé bien abrités que nous étions dans le bateau au fond du sas ! Nous retrouvons aussi Evelyne à l’écluse d’Anizy et passons un long moment avec cette éclusière militante associative et syndicale, amoureuse de son métier et de son canal et nous repartons de chez elle avec tomates du jardin et fromages de chèvre pour le piquenique du midi. Après les méandres entre les collines, à partir de Panneçot le canal devient plus rectiligne. Loin d’être monotone, nous roulons tranquillement le long d’immenses pâturages dominés çà et là par quelques beaux châteaux. Nous arrivons à notre destination du jour : La maison éclusière de Champvert n°33 Coup de coeurréhabilitée en gite d’étape par la commune. C’est le Maire en personne qui vient nous remettre les clés. La maison est petite mais charmante et bien équipée pour 6 personnes ; on peut même y garer les vélos dans la cave. Une réalisation qui combine sauvegarde du patrimoine et développement touristique, et qui, pour une soirée nous permet de rêver être une famille d’éclusiers.

Champvert → Dompierre (50 km )

Bien à l'abri pour réparer

Bien à l’abri pour réparer

La journée s’annonce très grise et nous essuierons quelques averses de bruine. Nous traversons Decize et par le port gagnons le canal latéral de la Loire. Rien à voir avec le Nivernais ; Ici le chemin de halage est à l’état brut ! Plutôt roulant cependant mais nous lui ferons quelques infidélités autour de Garnat et de Beaulon pour éviter des parties trop herbeuses. Subsiste aussi une activité commerciale sur ce canal et nous croiserons 2 péniches dans la matinée. Enfin, on ne pouvait pas terminer cette randonnée sans une crevaison réparée par le capitaine sous l’œil admiratif de l’équipage.

Nous retrouvons Sept Fons puis l’embranchement de Dompierre. A ce niveau la voie verte est aménagée sur le halage et permet de rallier Digoin, le canal du Centre et l’Eurovélo 6 (Loire à vélo). Après sept jours sur l’eau, quatre au bord de l’eau nous regagnons Dompierre plein de nostalgie, retrouvons nos voitures et repassons par Corbigny en seulement 1H30 pour récupérer quelques affaires avant de rentrer à la maison.

fleche

Vélo+bateau

Vélo+bateau

Par cette expérience nous avons voulu montrer qu’il était relativement facile de réaliser un aller simple en bateau et retour à vélo (ou l’inverse). La moyenne d’âge de notre groupe est de 65 ans et nous ne sommes pas des sportifs aguerris. Rouler 40 à 50 km par jour sur un chemin de halage, toujours à plat, est à la portée de tous (enfants et séniors compris) surtout si, comme sur le Nivernais, il est aménagé en voie verte. Si les escapades depuis le bateau se limitent aux abords immédiats de la voie d’eau et depuis des points où il est aisé de se poser, le même parcours à vélo permet de s’en éloigner et d’élargir les découvertes.

Et puis… après une semaine plutôt festive un peu d’exercice ne peut pas faire de mal.

Le parcours

Ci dessous la trace du parcours.

La documentation:

Fluviacarte N°20 Bourgogne ouest et fluviacarte n° 19 Bourgogne est disponibles sur le site de Fluvial.

Canal du Nivernais à vélo (Michelin)

Photos

.

Imprimer cette page Imprimer cette page

Sans commentaire