Visiteurs

En ligne: 1
Aujourd'hui: 2
Cette semaine: 185
Total: 707709

Autres sites velocanauxdodo

En bref

Toutes les pages sont accessibles par le menu sous l'image de bannière.
-----
Pour réagir sur une page ou un article utilisez les commentaires.
-----
Pour nous contacter allez sur la page contact

Carte interactive

Catégories

Randos vélo

Croisières

Ancienne voie ferrée de la plaine d'Aléria

Je passe depuis des années mes vacances en Corse et je suis un peu frustré de ne pas pouvoir y randonner à vélo. Si j’ai parcouru à pied les montagnes Corses dans tous les sens je ne me vois mal les escalader à vélo et je souffre en voyant des cyclistes chargés en pleine ascension ou au milieu d’un flot de voitures sur les nationales en plein soleil.

En 2012 j’ai découvert par hasard les canaux de la Casinca que j’ai parcouru plusieurs fois.

Et, cette année, début juillet, alors que je consultais la carte de l’ile, j’ai eu la « révélation »! La Corse est dotée d’un réseau ferré pittoresque composé de deux lignes. L’une, qui relie Bastia à Ajaccio via Corte (et son université) traverse le massif montagneux et dessert les villes et villages donnant accès à tout le réseau de sentiers. L’autre qui relie Calvi à la première à Ponte-Leccia dessert les plages de la Balagne. Mais, il y avait une troisième ligne qui reliait Bastia à Porto-Vecchio et qui a été déclassée après guerre. Si la voie empruntait dans les parties escarpées un tracé proche des routes et ne présente désormais que de rares vestiges, ce n’est pas le cas dans la plaine orientale. A l’époque de sa construction où le tourisme était inexistant et où la malaria repoussait la population vers les hauteurs, la voie a été tracée dans la plaine d’Aléria à l’intérieur des terres. Lors du déclassement, dans les années 50, l’emprise de la ligne a été convertie en petites routes pour desservir les hameaux qui abritaient une gare, une halte, … et on dispose donc maintenant d’un itinéraire quasi continu d’une soixantaine de km entre Alistro et Aléria, qui, avec un minimum d’investissement pourrait devenir une magnifique véloroute comme il en existe sur le continent sur un réseau de petites routes partagées. 

Nous l’avons donc parcouru le 22 juillet depuis l’ancienne station de Tallone près du lieu dit Arena jusqu’à l’entrée de Solenzara. La partie Alistro – Arena devrait être, d’après la carte et les images aériennes, praticable.

Le voyage:

Basés vers Porto-Vecchio, j’entraine mon frère dans cette expédition. Nous partons à 2 voitures, une laissée à Solenzara pour le retour, l’autre vers Arena.

L’itinéraire:

Comme une voie verte!

Départ depuis l’ancienne station de Tallone sur la D16. La route est peu large, bien revêtue et donne l’impression d’une vraie voie verte. On passe un premier pont sur le ruisseau d’Arena puis la belle voie continue, sinueuse et bien ombragée jusqu’à la T50 (route d’Aléria à Corte) qu’on traverse ainsi que le grand pont sur le Tavignano. Après 800m on arrive au site de l’ancienne gare d’Aléria qu’il faut contourner. On approche ensuite du réservoir de Teppe Rosse dont on suit la berge avant de traverser une zone de maquis et de cultures sur un chemin d’exploitation. Traversée à Gué du Tagnone puis à nouveau belle petite route rectiligne bordée de centrales et de hangars solaires jusqu’à Ghisonaccia Gare. Quelques belles maisons anciennes, vestiges d’un passé commercial florissant. La route continue rectiligne jusqu’au niveau de Suara Canaja où il faut faire un crochet pour la retrouver au niveau de Gattone.

On trouve alors deux curiosités à ne pas manquer, 2 arbres remarquables, un pistachier lentisque de 800 ans et un chêne au tronc doté d’un excroissance remarquable.

Sur le pont du Fium Orbu

Traversée du Fium Orbu sur le pont au tablier tout neuf puis passage devant le site (remarquable aussi) de la déchèterie de Prunelli (la plus grande de Corse!) sur un tronçon non revêtu (mais semble-t-il en cours d’aménagement). Le reste du parcours se fait sur petites routes partagées. Passage à Abazzia et son magnifique cinéma (d’époque) « Excelsior », puis sur le pont de l’Abasteco, le village de Travo et jusqu’au lieu-dit Pozzone où il est préférable de terminer son périple. Nous avons tenté de passer pour rallier Solenzara mais sans succès; propriété privée, discontinuité ou non entretien du chemin nous ont obligé à prendre la N198 non T20.

En conclusion: belle route peu voitureuse praticable à VTC. 2 tronçons de quelques km sur chemin d’exploitation et un tronçon plus rustique mais assez court. Un gué sans difficulté (en été). Parcours assez ombragé, varié, plat et présentant pour l’agrémenter quelques curiosités: arbres, anciennes gares, ponts métalliques et divers ouvrages ferroviaires. 46km.

Le parcours

Ci dessous la trace du parcours.

La trace GPS est disponible dans le menu téléchargements.

Documentation

Rien d’officiel dans ce descriptif donc pas de doc.

Des sites sur l’histoire du TRINIGHELLU

Historique des Chemins de Fer de la Corse

Wikipedia

Photos

Imprimer cette page Imprimer cette page

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

captcha

Please enter the CAPTCHA text

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.